01.
Comment fonctionne une installation photovoltaïque ?

Comment fonctionne une installation photovoltaïque ?

  1. Les panneaux photovoltaïques vont capter l'énergie solaire. Cette énergie est ensuite convertie en électricité.
  2. Le courant électrique est d’abord produit sous forme continue. L'onduleur a pour fonction de transformer ce courant continu en courant alternatif.
  3. L’électricité produite va donc alimenter directement les appareils électriques de votre habitation.
  4. Le surplus d’électricité produit est réinjecté dans le réseau électrique de distribution

02.
Quelles sont les principales unités de mesure du photovoltaïque ?

Les principales unités de mesure dans du photovoltaïque sont le watt-Crète (Wc) et le kilowattheure (kWh).

 

Le watt-Crête (Wc): c'est la puissance électrique maximale pouvant être produite par un dispositif photovoltaïque dans des conditions d'ensoleillement standards. Ces conditions correspondent à:

  • Une irradiance (éclairement énergétique) de 1 000 W/m2
  • Une répartition spectrale du rayonnement dite AM 1.5, correspondant au rayonnement solaire parvenant au sol après avoir traversé une atmosphère de masse 1 kg sous un angle de 45°
  • Une position des panneaux leur permettant de capter le maximum du rayonnement (leur plan est perpendiculaire à la direction de la source du rayonnement direct)
  • Une température des panneaux de 25 °C

 

Le kilowattheure (kWh): cela correspond à l'énergie consommée par un appareil d'une puissance d'1 kilowatt qui a fonctionné pendant une heure (1 kilowatt × 1 heure).

03.
Quels sont les 3 paramètres qui influencent la rentabilité de mon installation photovoltaïque?

Trois paramètres influencent la rentabilité de votre installation :

1. Le prix au Watt-Crête

Lui-même influencé par:

  • La taille de votre installation : la règle est simple, plus l’installation est grande, plus vous réalisez des économies d’échelle. De nombreux frais fixes sont liés à l’installation (déplacement des ouvriers, onduleur, location d’une nacelle,…) Une installation comportant plus de panneaux sera donc moins chère par Watt Crète installé, et donc plus rentable.
  • Le type de panneaux
  • Le type d’onduleur
  • La distance entre l’onduleur et les panneaux : dans le cas où les panneaux sont placés hors de votre domicile (par ex. une structure au sol dans le fonds du jardin), des travaux de tranchée devront être pris en compte. Et plus la distance de câble est grande, plus le diamètre de ceux-ci est grand aussi. Cela augmente le prix au Watt-crête.

 

2. L’orientation et l’inclinaison des panneaux ainsi que la situation géographique 

Un panneau orienté Sud produit plus qu’un panneau orienté Est ou Ouest. Ça tombe sous le sens. Dépendant de l’orientation et de l’inclinaison d’un panneau, un ‘productible’ peut être déterminé. Le productible est le nombre de kWh produit par kWc installé. À Bruxelles, celui-ci peut varier de +/-1.050 kWh/kWc pour une situation optimale à 30° Sud, à 850 kWh/kWc pour une situation à 30° Est-Ouest. Soit une perte de seulement 20% dans le plus mauvais cas.

3. La région

C’est le critère le plus important avec la taille de l’installation. En effet, la région dans laquelle vous réalisez le projet influence directement les aides qui vous sont octroyées.

  • Bruxelles : de 3 à 6 ans de retour sur investissement et de 12 à 25% de rendement financier annuel
  • Wallonie : de 5 à 10 ans de retour sur investissement et de 10 à 20% de rendement financier annuel.
  • Flandre: de 7 à 10 ans de retour sur investissement et de 7 à 15% de rendement financier annuel.

04.
Quel fonctionnement et quelle rentabilité selon les régions?

La rentabilité de vos panneaux photovoltaïques est générée par différentes sources de revenus qui dépendent en partie de la région dans laquelle l’installation a lieu.

 

Voici les caractéristiques propres à chaque région :

 

      • Bruxelles

Depuis 2020, le compteur ne tourne pas à l’envers à Bruxelles. A la place, vous réalisez des économies sur votre facture lorsque vous consommez l’énergie de vos panneaux en temps réel. Lorsque vous produisez plus d’énergie que vous consommez, celle-ci est revendue sur le réseau à un prix inférieur que votre prix d’achat. Et lorsque vous consommez de l’énergie quand vos panneaux ne produisent pas (e.g. la nuit), vous l’achetez tout simplement à votre fournisseur d’énergie. Moins avantageux que les autres régions ? Pas du tout ! En plus des économies d’énergie que vous effectuerez, la région vous octroie des certificats verts pendant 10 ans et pour chaque MWh produit.
Ce système offre un retour sur investissement entre 3 et 5 ans !

 

      • Wallonie 

Le rendement assuré même sans certificat vert même avec le tarif prosumer. Le compteur tourne à l’envers mais depuis quelque temps déjà la Wallonie n’octroie plus de certificats verts pour les nouvelles installations et les rendements sont tout de même au rendez-vous. Les économies réalisées sur votre facture d’électricité permettent de rentabiliser votre installation et de bénéficier, pour la partie d’électricité produite par vos panneaux, d’un coût de l’énergie maîtrisé pendant de très nombreuses années. Cela vous évite surtout de subir les variations du prix de l’électricité, tout en réduisant votre emprunte énergétique.

 

      •  Flandre

Dès le 1er janvier 2021, le compteur ne tournera plus à l'envers pour les nouvelles installations en Flandre. A la place, vous allez, tout comme à Bruxelles, réaliser des économies sur votre facture d'électricité en consommant l'énergie produite par les panneaux en temps réel. Vous allez également revendre sur le réseau le surplus d'énergie produit. Pas de certificat vert pour la Flandre mais une nouvelle prime! En effet, une prime à l'installation de panneaux photovoltaïques fera son apparition dès le 1er janvier 2021. Cette prime solaire sera octroyée aux installateurs de panneaux photovoltaïques dont le bâtiment était déjà raccordé au réseau Fluvius avant le 01/01/2014. Le montant octroyé pourra aller jusqu'à 1500€ selon la puissance de l'installation.

 

 

Découvrez via notre simulateur la rentabilité et les économies générées par votre future installation.

05.
Qu'est-ce qu'un certificat vert?

Les certificats verts sont une des sources de revenu générées par votre installation photovoltaïque.

 

Lorsque vous produisez de l’électricité solaire, vous générez des titres appelés ‘certificats verts’. Ces titres peuvent être ensuite revendus à différents acteurs. Ces acteurs sont notamment les fournisseurs d’énergie qui ont une obligation d’acheter un certain nombre de certificats verts par an.

 

Pour les particuliers, seule la région bruxelloise octroie encore des certificats verts pour les nouvelles installations et ce, pour une durée de 10 ans. Une révision à la baisse du régime entre en vigueur le 1er janvier 2021 et verra l’instauration de catégories d’installation (en fonction de sa taille)avec un régime différent selon la catégorie. Après le 01/01/2021, le régime sera certes un peu moins intéressant mais permettra toujours que votre installation soit très rentable.

06.
Qu'est-ce que le tarif prosumer?

Le tarif prosumer, qu'est-ce que c'est?

Le tarif prosumer est une redevance ayant pour but de faire contribuer les détenteurs de panneaux solaires aux coûts de gestion du réseau de distribution électrique. Précédemment, le système répercutait ces frais aux usagers qui ne disposaient pas de panneaux solaires ou à ceux dont la production d’électricité solaire ne couvrait pas leur consommation globale.

Le nouveau gouvernement annonçait le report en 2025 de l’entrée en vigueur de ce nouveau tarif ‘prosumer’ (producteurs/consommateurs). C’était sans compter l’intervention de la CWaPE qui a remis en question cette décision politique.

Un accord semble toute fois avoir été trouvé entre les partenaires de la majorité gouvernementale. Le gouvernement wallon prendra en charge le tarif prosumer en 2020 et 2021. Ensuite, 54% des montants lié à la compensation en 2022 et 2023. Par ailleurs, le gouvernement wallon, souhaitant favoriser l’autoconsommation des ménages, devrait prendre en charge le coût du changement de compteur à double flux.

Tarif prosumer par région

  • Bruxelles

    Aucun tarif prosumer n’est d’application car les frais de réseaux liés à l’achat d’électricité sont déjà couverts. 

  • Wallonie

    Le tarif prosumer est d'application. 

  • Flandre

    Le tarif prosumer ne sera plus d'application à partir du 1er janvier 2021.

07.
Qu’est-ce que l’autoconsommation ?

L'autoconsommation est la quantité d’électricité produite par vos panneaux que vous consommez directement. 

 

  • Si votre autoconsommation est de 0%, cela veut dire que vous ne consommez pas du tout l’électricité que vos panneaux produisent. Tout est redistribué sur le réseau.
  • Si votre autoconsommation est de 100% cela veut dire que vous consommez toute l’électricité que vos panneaux produisent.

Plus votre autoconsommation est forte, moins vous payez de taxe prosumer en Wallonie (si vous possédez un compteur intelligent). À Bruxelles et en Flandre (à partir du 01/01/21), vous profitez d’une valorisation plus forte du prix de votre kWh. En effet, le prix moyen d’achat d’un kWh est de 23 centimes tandis que le prix de revente moyen est plus proche des 5 centimes. Consommer plutôt que de redistribuer l’électricité produite sur le réseau vous rapporte donc 4 fois plus !

08.
Sur quels types de toiture puis-je installer des panneaux ?

La plupart des toitures sont adaptées à la pose de panneaux photovoltaïques.

 

Vous trouverez ci-dessous un tableau résumant la faisabilité en fonction de votre type de toiture :

 

Type de toiture Faisabilité
Bac-acier oui
Tuile oui
Toiture en Zinc oui
Tôles ondulées oui
Ardoise oui
Toiture plate oui
Structure au sol oui
Toiture en roofing inclinée non

 

Attention: il est interdit de travailler sur une toiture comportant de l'amiante !

09.
Dois-je changer de compteur électrique avant d'installer des panneaux ?

La réponse dépend de la région dans laquelle vous vous trouvez. 

 

À Bruxelles, la loi précise qu’un compteur ne peut pas tourner à l’envers. Les installations d’auto-production nécessitent donc un compteur bidirectionnel, également appelé compteur A+ A-, pour mesurer séparément l’énergie prélevée au réseau et les éventuels excédents réinjectés. Le changement de votre compteur est gratuit depuis Janvier 2020.

 

En Wallonie, votre compteur doit-être capable de tourner à l’envers. Vérifiez cette information auprès de votre gestionnaire de réseau (GRD). La plupart du temps, aucune modification n’est à prévoir.

 

En Flandre, à partir du 1er Janvier 2021, le compteur ne tournera plus à l'envers. Il sera donc nécessaire de changer de compteur lorsque vous installerez des panneaux

10.
Et si j'ai un compteur bi-horaire ?

Vous possédez un compteur bi-horaire et vous vous posez la question de son implication sur votre installation photovoltaïque ? 

 

Dans le cas d’une installation liée à un compteur qui tourne à l’envers (en région wallonne pour les installations de -10kVA), deux cas de figure peuvent se présenter :

  1. Votre installation produit moins que votre consommation annuelle sur votre compteur jour. Dans ce cas, vous n’avez pas intérêt à changer votre compteur bi-horaire. Le solde de votre compteur Jour sera positif en fin d’année, ce qui signifie que vous aurez bénéficié de 100% de l’électricité verte que vous aurez produite. De plus, vous bénéficierez toujours d’un tarif réduit pour la phase Nuit de votre compteur.
  2. Votre installation produit plus que votre consommation annuelle sur votre compteur jour. Dans ce cas, le solde de votre compteur Jour sera négatif en fin d’année, ce qui ne vous rapporte rien. De plus, votre compteur Nuit comptera toujours positivement votre consommation, sans transfert entre les deux compteurs. Vous avez tout intérêt à installer un compteur mono-horaire.

Dans le cas d’un compteur qui ne tourne pas à l’envers (en région bruxelloise et flamande pour les installations de -10kVA et en région bruxelloise, wallonne et  flamande pour les installations de +10kVA) :

  1. Votre compteur fonctionne de façon réelle. C’est-à-dire qu’il tournera positivement si vous consommez de l’électricité du réseau (lorsque vos panneaux produisent moins que ce que vous ne consommez). Mais il ne tournera jamais négativement lorsque vous injecterez de l’électricité sur le réseau. Cette électricité sera vendue à votre fournisseur d’énergie à un prix inférieur au prix d’achat d’électricité. Vous avez donc tout intérêt à garder un compteur bi-horaire pour bénéficier des tarifs réduits du compteur Nuit. En effet, vos panneaux ne produisant pas lorsque le soleil est couché, vous consommerez de l’électricité du réseau dans tous les cas.

11.
Comment puis-je contrôler ma production ?

Outil de monitoring ou de contrôle, comment puis-je suivre ma production ?

 

Que vous optiez pour un système d’onduleur SMA ou SolarEdge, vous pouvez bénéficier d’un outil de contrôle et de suivi de votre installation. Ils vous permettront de visualiser en temps réel la production de vos panneaux et vous aurez accès à des informations détaillées.

Ces technologies sont disponibles sur la plupart des onduleurs, n’hésitez pas à nous demander plus d’information à ce sujet.

 

12.
Quelle compatibilité avec les batteries ?

Quelle compatibilité avec les batteries et systèmes de stockage ?

 

Des systèmes de stockage liés aux batteries électriques existent aujourd’hui. Néanmoins, ceux-ci sont encore très chers et leurs coûts ne peuvent pas être rentabilisés sur la durée de vie totale de la batterie. Il n’est donc pas encore intéressant d’entreprendre ce type d’investissement à l’heure actuelle.

 

Par contre, les onduleurs vendus aujourd’hui sont compatibles avec l’installation future de batteries. Il peut donc être intéressant d’attendre quelques années pour envisager l’achat d’une batterie pour votre système photovoltaïque existant. Le prix des batteries connait en effet de fortes diminutions, ce n’est donc qu’une question de temps avant que celles-ci ne soient rentables.

13.
Les panneaux solaires sont-ils intéressants en cas de location de bien ?

Je compte faire louer mon bien. Les panneaux photovoltaïques sont-ils toujours intéressants ? Dans tous les cas, la réponse est oui, malgré quelques différences en fonction de votre région.

 

  • À Bruxelles

En tant que propriétaire, vous bénéficiez du régime des certificats verts pendant une période de 10 ans. C’est-à-dire que vous pouvez toucher directement les fruits de la vente de vos certificats verts. L’électricité produite par les panneaux solaires sera quant à elle utilisée par votre locataire (dans le principe de l’autoconsommation). Votre locataire aura donc un avantage significatif à occuper votre bien puisqu’il verra une partie de sa facture d’électricité diminuer.

 

  • En Wallonie et en Flandre

Le régime des certificats verts n’étant plus d’application pour les nouvelles installations dans ces deux régions, l’attrait principal d’une installation photovoltaïque réside dans le fait que votre locataire verra sa facture d’électricité diminuer en fonction de l’électricité solaire produite. Il va donc réaliser d’importantes économies par rapport à la location d’un bien qui ne dispose pas de cet avantage. Par ailleurs,  il y a une incidence directe entre l’installation photovoltaïque et le certificat PEB de votre habitation et donc sur sa valeur.

14.
Panneaux photovoltaïques et PEB

Tout comme d’autres sources de production d’énergies renouvelables, une installation photovoltaïque a une incidence positive directe sur le score PEB (Performance Energétique des Bâtiments) de votre habitation.

 

Ma maison va-t-elle prendre de la valeur ? La réponse est oui. Avec une durée de vie de +/- 25 ans, les installations photovoltaïques permettent de générer des économies substantielles dont vous ou les futurs acquéreurs de votre bien pourrez bénéficier.

Autre point, le certificat PEB prend de plus en plus d’importance dans le choix d’acquisition d’une habitation. L’installation photovoltaïque a une incidence directe sur la note PEB du bien et devrait donc augmenter la valeur de ce dernier.

15.
Comment dimensionner l’onduleur de mon installation ?

La charge de l’onduleur optimale (puissance en kWc des panneaux/puissance en kVA de l’onduleur, en %) est comprise entre 100 et 130%.

 

  • En deçà, l’onduleur ne démarre pas si les panneaux ne produisent pas un minimum défini lié à sa puissance. Des pertes dans le système sont donc à déplorer.
  • Au-delà, un phénomène d’écrêtage commence à se faire sentir.

16.
En quoi participe-t-on à la transition énergétique ?

Des années de production d'électricité sans carbone.

 

Selon l’agence internationale pour l’énergie (IEA), un panneau solaire met entre 2 et 3 ans pour produire l’énergie que sa production a nécessité. Ce chiffre ne cesse de diminuer grâce à l’évolution permanente des performances des panneaux. Sachant que la durée de vie d’une installation est comprise entre 25 et 30 ans, c’est autant d’années de production d’énergie sans carbone. Un sacré coup de pouce pour le climat!

 

De plus, comme le détaille Greenpeace dans cet article, "... les panneaux sont recyclables entre 95 et 99 % pour la plupart des constructeurs. Et ce, qu’ils aient été construits en Chine ou en Europe..."